Pourquoi faire son propre potager ?

L’adage veut qu’il nous faudrait manger « cinq fruits et légumes par jour » pour être en bonne santé. Facile, me direz-vous, il suffit d’aller chez son primeur ou dans le supermarché le plus proche. Certes, mais il existe d’autres solutions encore, la plus simple étant le potager dans son propre jardin. Pour ceux qui n’ont pas de grand jardin, pas de panique ! La nature étant bien faite, certains légumes peuvent pousser sans souci dans de petits bacs sur un balcon. Mais, pourquoi se fatiguer à travailler la terre alors que tout est prêt à l’achat dans les magasins ?

Tout d’abord, dans votre potager, vous pouvez cultiver les légumes que vous souhaitez, et de la manière qui vous convient. Si, comme moi, vous préférez les produits naturels, vous avez la possibilité d’acheter des graines ou des plants bio, et de choisir de ne pas utiliser d’engrais chimiques, d’insecticides et de pesticides. Les légumes issus de l’agriculture biologique sont en vente dans certains magasins, mais leur prix est souvent beaucoup plus élevé que les autres. Si leurs graines ou les petits plants à repiquer sont également plus chers que leurs homologues non bio, la différence est, en revanche, beaucoup moins importante. De plus, les sachets de semis sont souvent assez grands, et contiennent suffisamment de graines pour plusieurs cultures. On peut souvent utiliser un même sachet deux ou trois années d’affilée, ce qui permet de rentabiliser au mieux.


Le second aspect positif que je trouve au potager est le retour à la terre. Si, comme moi, vous habitez ou fréquentez habituellement une grande ville, mais aimez la nature, jardiner est un moyen idéal pour se ressourcer. Redécouvrir des plaisirs simples, sentir la terre après une averse ou au petit jour, est fort agréable. Cultiver son potager apporte la satisfaction de la belle récolte, la fierté de voir ses plantes sortir de terre, grandir, parfois porter de magnifiques fleurs puis des fruits. Les bambins sont particulièrement heureux de voir les semis devenir, en quelques jours, de petits végétaux puis de délicieux légumes. Si vous avez des enfants, des petits-enfants ou des neveux, pensez à choisir des espèces qui poussent vite et apportent d’abondantes récoltes, et voyez leurs yeux s’illuminer lorsqu’ils procéderont aux récoltes. Le goût des légumes « maison » est clairement meilleur que celui, souvent fade et insipide, des végétaux vendus en supermarchés, même bio.

Lorsque vous cultivez vos propres légumes, vous pouvez choisir des espèces originales ou oubliées, des variétés de nos grands-parents. Certaines ont des couleurs différentes de celles que l’on trouve habituellement, comme des tomates noires ou jaunes, des haricots blancs et roses, des carottes noires et jaunes, des navets blancs, des aubergines violettes ou blanches. Vous participerez ainsi à la préservation de variétés ou d’espèces rares et à la diversité. Vous découvrirez également de nouvelles saveurs, et pourrez composer des plats et salades multicolores. De plus, les légumes seront cueillis à maturité par vos soins (ou ceux de vos proches) et dégustés encore frais, leurs saveurs intactes.


Partager cet article