Les différents moyens de financement des travaux de rénovation énergétique

Conformément à sa politique sur la transition énergétique, l’État accorde quelques avantages pour pousser les propriétaires de logements à se lancer dans des travaux de rénovation énergétique.

La rénovation énergétique par l’isolation thermique

En matière de travaux de rénovation énergétique, s’orienter vers l’isolation thermique présente certains avantages non négligeables. Tout d’abord, l’isolation thermique permet d’homogénéiser la température d’une maison. Ainsi, en été, l’isolation thermique permet d’isoler la maison de la chaleur à l’extérieur pour que l’intérieur garde une certaine fraîcheur. Pendant l’hiver, l’isolation thermique protège contre le froid en gardant la chaleur à l’intérieur de la maison.

Ensuite, réaliser des travaux d’isolation thermique permet de bénéficier d’avantages financiers. Encore faut-il faire usage de bons matériaux destinés à l’isolation thermique. En effet, certains matériaux d’isolation sont éligibles aux aides gouvernementales. Ainsi, si un propriétaire opte pour l’ isolation ouate de cellulose comme ici, pour le cas de la ouate cellulose isocell, il pourra bénéficier d’une contribution financière de l’État, suite à la réalisation de ses travaux de rénovation énergétique. Selon l’avis technique et certifié par l’ACERMI, la ouate cellulose isocell est tout à fait éligible aux aides gouvernementales, ce que lui confère sa qualité de matériau isolant écologique par excellente.

Ce matériau est adapté aussi bien pour les constructions neuves que pour les travaux de rénovation énergétique totale ou partielle.

Les différents moyens de financement des travaux de rénovation énergétique


Les aides gouvernementales en matière de travaux de rénovation énergétique

Dans sa politique générale de protection de l’environnement qui met l’accent sur la rénovation énergétique, l’État souhaite inciter les contribuables à effectuer des travaux d’éco-rénovation. Pour cela, l’État accorde certaines aides, parfois cumulables, sous conditions. En premier lieu, l’écoprêt à taux zéro, qui est accordé pour un montant de travaux n’excédant pas 30.000 euros. Ensuite, il y a le crédit d’impôt transition énergétique (CITE) qui est accordé à hauteur de 30 % des dépenses éligibles. Celui-ci concerne exclusivement les équipements et matériaux. Il y a également les subventions de l’agence nationale de l’habitat (ANAH), qui sont accordées aux propriétaires à revenus modestes. Ces subventions peuvent atteindre 50 % du montant des travaux effectués. Enfin, il y a la réduction de la TVA. Pour les travaux, cette réduction est de 10 %. Dans le cadre d’une rénovation, cette réduction de la TVA est de 5,5 %.

Outre ces aides de l’État, les propriétaires peuvent également se voir accorder une prime d’économie d’énergie. Ces primes d’économies d’énergie rentrent dans le cadre du dispositif des certificats d’économie d’énergie (CEE). Ils ont pour but de pousser les ménages, entreprises et collectivités à participer à la réduction de la consommation énergétique. En la matière, chaque certificat confirme une réduction de consommation correspondant à la quantité d’énergie économisée, suite aux travaux effectués. Pour avoir accès à ces primes, il est impératif de monter un dossier, bien avant la signature du devis.


Partager cet article