Fenêtre : les nouvelles règles du label RGE

Le label RGE (Reconnu Garant de l’environnement) est devenu une obligation pour toutes les entreprises d’éco-construction depuis le 1er janvier 2015. Dans la forme, ce label qui concerne plus de 300 000 entreprises et artisans est une bonne idée…
Mais dans la pratique, il va plutôt contribuer à détruire la corporation et à mettre de nombreuses entreprises de rénovation au chômage.

Fenêtre : les nouvelles règles du label RGE

Conditions à remplir pour recevoir le label RGE

Pour être certifié RGE, les entrepreneurs doivent, selon les normes établies par le gouvernement :

  • Employer un responsable technique formé RGE
  • Faire appel à des sous-traitants certifiés RGE
  • Réaliser au minimum 2 chantiers tous les 2 ans dans l’activité labellisée RGE

Le responsable technique formé RGE doit subir 3 jours de formation avant d’obtenir la qualification RGE… Mais d’après le collectif des artisans regroupés au sein de l’Association Approche qui combat le RGE, cette formation est non appropriée et « déqualifiante ». Selon Approche, bon nombre de techniciens exerçant actuellement sur le terrain ont des compétences qui dépassent largement celles que la formation liée au label pourrait donner. En mettant en œuvre une telle décision, le gouvernement risque de contribuer à la dégradation de la qualité des services de rénovation.

Pourquoi le label RGE pose-t-il problème ?

Le label RGE est dénoncé par les artisans et les éco-entrepreneurs parce que, comme indiqué plus haut, il pourrait favoriser une baisse de qualité des prestations offertes. Mais il y a pire. A partir du 1er janvier de l’année 2015, les particuliers qui aimeraient profiter de crédit d’impôt de 30 % à taux zéro, pour rénover leur logis, devront recourir à un entrepreneur labellisé RGE. Or, le label en lui-même laisse à désirer, et sur 370 000 entreprises concernées, seulement 15 000 ont obtenu la certification à ce jour.
Même si toutes les autres souhaitaient entamer les démarches pour se mettre à jour, le délai de finalisation de la procédure est si long qu’elles n’obtiendront jamais la certification à temps. Et pour rendre encore plus impopulaire la mesure, l’Etat a laissé entendre qu’il visait un objectif de 30 000 entreprises labellisées RGE. Ce chiffre dérisoire va considérablement limiter l’offre et plonger dans le chômage plus de 300 000 entreprises.

Approche et tous les autres acteurs du métier ne sont pas contre le label. Ils veulent tout simplement que l’Etat révise les conditions qu’il a fixées et allège la procédure d’obtention du label RGE afin que celui-ci corresponde mieux aux réalités du terrain… Et pour mieux se faire entendre, les éco-entrepreneurs ont levé la fronde. Approche qui est le leader de la protestation a déjà recueilli plus de 2000 signatures pour sa pétition contre le RGE. Vivement qu’un consensus soit trouvé à temps.

Si vous souhaitez réaliser des travaux de rénovation énergétique en changeant vos fenêtres partout en France, nous vous conseillons d’aller sur le site www.mon-devis-fenetres.fr qui est un comparer les artisans labellisé RGE partout en France et vous garantie le meilleur rapport qualité prix.


Partager cet article