Comment estimer la puissance de sa chaudière pour économiser de l’énergie ?

Avant d’investir dans une chaudière, il convient d’évaluer les besoins en énergie de votre logement, le but étant d’éviter qu’elle fonctionne en sous-régime voire en surrégime. Pensez à calculer la puissance de vos appareils de chauffage afin de bénéficier d’un bon rendement et de prévenir les déperditions d’énergies. Outre la puissance de la chaudière, le choix du type d’énergie ainsi que le fonctionnement de l’appareil sont à prendre en compte.

Le calcul de la puissance de la chaudière

Pour calculer la puissance d’une chaudière, on se réfère à la formule : P = U x V x DT

  • P = Puissance théorique (en Watts)
  • U = Coefficient d’isolation de la maison
  • V = Volume de la maison (surface x hauteur sous plafond)
  • DT = Différence entre la température souhaitée pour chaque pièce et la température extérieure minimum régionale

Et pour bénéficier d’un confort optimal durant la période hivernale, il faut ajouter une marge de sécurité de 20% sur la puissance de la chaudière. À noter qu’un calculateur de puissance de chaudière est disponible via les sites spécialisés comme Europe Sanitaire Chauffage.
Par exemple s’il s’agit d’une chaudière mixte (chauffage et production d’eau chaude), la puissance idéale sera comprise entre 18 et 24kwatts. Donc avant d’investir dans une chaudière, sachez qu’il n’est pas toujours nécessaire de se ruiner dans un appareil surdimensionné.

Comment estimer la puissance de sa chaudière pour économiser de l’énergie ?

Le choix de l’énergie

Le gaz est l’énergie la plus utilisée pour se chauffer. Cette option s’avère aussi très économique, seulement, il faut être raccordé au réseau. Autrement, la chaudière électrique est assez facile à entretenir, néanmoins, il faudra s’attendre à une facture assez élevée.
Quant au fioul, cette énergie revient assez cher, en plus, elle est polluante. En revanche, il n’est pas besoin de se raccorder à un réseau de distribution.
Et pour ceux qui s’intéressent à l’écologie, nous leur recommandons les chaudières à granulés ou à bûches : un rendement de 80 à 90% et un crédit d’impôt viennent compléter ses avantages.

Les différents modes de fonctionnement d’une chaudière

Pour bénéficier d’un rendement optimal tout en économisant de l’énergie, il est important de comprendre les modes de fonctionnement des chaudières, c’est-à-dire distinguer le système à basse température du système à condensation.
Donc, si vous privilégiez le rendement, il est clair que votre choix doit se porter sur une chaudière à basse température. Vous profiterez d’un confort optimal et réaliserez des économies d’énergie. Le système n’est pas très compliqué puisque l’eau du réseau de chauffage est chauffée à une température de 40°. Les rejets de fumées sont donc moindres et le rendement est très appréciable. Néanmoins, ce type de chaudière requiert une cheminée.
Autrement, avec d’excellentes performances, les chaudières à condensation sont particulièrement indiquées pour les maisons individuelles. Elles intègrent en effet un brûleur et un récupérateur de vapeur d’eau. Le rendement obtenu est nettement supérieur à 100%, qui plus est, ce mode de fonctionnement n’est pas polluant.
Dans tous les cas, calculer la puissance nécessaire pour chauffer son logement de manière optimale vous évitera d’investir dans un appareil suréquipé, plus cher à l’achat mais aussi plus cher à l’usage, et plus long à amortir.